Résidence Roy-Lawrence

par Chevalier Morales Architectes

Résidence Roy-Lawrence

Architectes : Stephan Chevalier, Sergio Morales, Julie Rondeau et Patrick Littée; de Chevalier Morales Architectes, Montréal (site Web).
Ingénieurs : Structure Pierre Gosselin, Trois-Rivières.
Entrepreneur : Autoconstruction.
Clients : Jean Roy et Marthe Lawrence, Sutton.
Endroit : Sutton, Estrie.
Superficie : 276 m².
Étages : 2 niveaux, incluant le garage en sous-sol.
Distinction : Finaliste aux Prix d'excellence en architecture 2015, catégorie « Bâtiments résidentiels de type unifamilial », décernés par l'Ordre des architectes du Québec.
Matériaux notables : Béton (structure), bois (parement, structure).
Type de projet : Résidentiel unifamilial.
Année : 2014.

Source : v2com.

Implantée dans un axe nord-sud, la résidence Row-Lawrence est entièrement ouverte sur son côté ouest et offre ainsi à ses occupants une vue spectaculaire sur les vallons des Cantons-de-l'Est. 

Deux influences se dégagent de ce bâtiment. La forme témoigne d'une volonté de réinterpréter la chalet suisse dans le contexte québécois d'aujourd'hui. L'ouverture sur le paysage et la division en trois strates – socle massif, niveau fenêtré et solide toiture – sont reprises avec un vocabulaire contemporain et des teintes adaptées qui contribuent à faire disparaître cette maison dans son environnement.

Dans son organisation, la résidence rappelle aussi le bungalow traditionnel. D'origine indienne, le bungalow est une maison linéaire en plain-pied dotée d'une véranda, dans laquelle les pièces sont distribuées de chaque côté d'un couloir central qui s'étend d'un bout à l'autre du bâtiment. Dans ce cas-ci, les architectes ont doublé cette circulation intérieure d'une allée extérieure parallèle à l'effet particulièrement théâtral et qui donne accès à l'entrée principale.

Les espaces de vie de la résidence se trouvent au centre de la maison. La chambre des maîtres, organisée en suite avec salle de bain et terrasse privées, est à l'extrémité la plus éloignée de la voie publique tandis que l'autre extrémité accueille la seconde chambre et le bureau. De nombreux espaces extérieurs ou semi-extérieurs situés sur le périmètre du bâtiment permettent de profiter de l'air frais.

Description du projet, par Chevalier Morales Architectes :

Située sur un domaine privé des Cantons de Sutton, la résidence Roy-Lawrence s’implante sur un site imprégné de l’héritage des Schweiser, une famille d’origine Suisse venue s’installer dans les années trente en cette immense terre vallonnée. À flanc de montagnes, le site offre un spectaculaire panorama sur la vallée de Sutton et les montagnes environnantes.

Le chalet suisse comme référence imagée de l’héritage du Domaine Schweiser, sert de point de départ au développement conceptuel de la résidence. La composition tripartite traditionnelle du chalet suisse se décline en une base de pierre robuste, une charpente de bois massif et une forte toiture protectrice. Visant la réinterprétation de ces éléments traditionnels, la résidence se lit comme un empilement de trois longues strates dénuées d’artifices : une base solide en béton qui s’ancre à un sol rocheux, une charpente à poutres et colonnes qui permettent une fenestration totale sur le panorama et un grand toit protecteur qui se projette en un porte-à-faux impressionnant.

L’organisation intérieure de la résidence met à profit des principes simples d’orientation géographique et mise sur le potentiel de vue, le contrôle de l’apport de lumière naturelle, la gestion des vents dominants et son implantation climatologique. Le mur de bois orienté à l’est longe le chemin d’accès et accompagne le visiteur vers l’entrée principale dissimulée au centre de la résidence. Cet accès longitudinal participe au processus de découverte et d’entrée, soigneusement orchestré dans le souci de faire découvrir lentement les qualités exceptionnelles du site. Telle une morsure, la cour intérieure complètement vitrée contribue à la découverte des espaces intérieurs et permet une transparence transversale permettant aux résidents amoureux de la nature de vivre pleinement ce contact privilégié avec la montagne. Cette connexion entre espace bâti et espace extérieur participe d’emblée à la qualité spatiale de l’espace de vie principal en y intégrant littéralement un fragment de montagne.

La démarche prend en considération la qualité des paysages des cantons de l’est et permet d’insérer cette nouvelle résidence de façon responsable et appropriée dans le contexte naturel. Le gabarit de la résidence est bas et allongé, ses formes simples et sa matérialité de verre et de revêtement de bois aux couleurs naturelles sont tirées de la coloration même du site. La résidence semble prendre naissance de son sol et construite à même les matériaux trouvés sur le site. Le projet est caractérisé par une vision d’intégration naturelle appropriée et tirée des caractéristiques matérielles et formelles de son environnement immédiat. L’intégration volumétrique et matérielle de la résidence mise aussi sur l’intégration visuelle et sur la préservation de la qualité des paysages environnants. La nouvelle maison s’intègre aussi simplement que calmement au site pris dans son contexte plus global, soit celui de Sutton et de ses paysages bucoliques.

Voir aussi :