Résidence Malbaie VIII, La Grange

par MU Architecture

Résidence Malbaie VIII, La Grange

Architectes : Charles Côté, Jean-Sébastien Herr, Jean-Philippe Bellemare, Pierre-Alexandre Rhéaume et Sabrina Charbonneau; de MU Architecture, Montréal (site Web).
Ingénieurs en structure : Chevrons Charlevoix, Saint-Hilarion (site Web).
Entrepreneur : Les Terrasses Cap-à-l'Aigle, La Malbaie (site Web).
Clients : Florent Moser et Alain Rajotte, des Terrasses Cap-à-l'Aigle, La Malbaie.
Endroit : Rue Marie Rose, La Malbaie, Charlevoix, région de la Capitale-nationale.
Superficie : 320 m².
Étages : 3 niveaux, incluant le sous-sol.
Capacité : 14 personnes. 8 adultes et 6 enfants.
Programme : Cuisine, salle à manger, salon, salle de télévision, salle de jeux, salle de lavage, dortoir avec salle de bain, 4 chambres à coucher avec salles de bain privées, 2 salles d'eau, cuisine d'été, terrasse extérieure.
Matériau notable : Bois (parement, structure).
Type de projet : Résidentiel hôtelier.
Année : 2013.

Source : v2com.

L'équipe de MU Architecture, conceptrice de la résidence La Grange, a profité du fait que ce chalet soit mis en location pour inverser l'arrangement traditionnel des fonctions publiques et privées. Le visiteur entrant par le rez-de-chaussée trouve immédiatement après le vestibule d'entrée un vestiaire donnant accès à quatre chambres privées. Cette organisation de l'espace convient particulièrement bien à un espace en location puisque les chambres à coucher y servent souvent aussi de pièces de rangement pour les valises et les effets personnels, ce qui en fait un passage obligé avant toute sortie.

L'étage supérieur ainsi libéré est occupé entièrement par les pièces communes que sont la cuisine, la salle à manger, le salon et la terrasse. Ce sont donc celles-ci qui profitent de la spectaculaire vue sur la baie de La Malbaie. Le plafond cathédrale – mis en valeur par la haute cheminée du foyer central – et le parement de cèdre blanc en font un espace spacieux et chaleureux, sans le caractère ostentatoire de certains chalets haut de gamme.

Description du projet :

La résidence La Grange, située dans la magnifique région de Charlevoix, est la nouvelle réalisation du développement des Terrasses Cap-à-l’Aigle. Son architecture met en relief le charme sauvage du site tout en cadrant la vue saisissante du fleuve Saint-Laurent. Implantée au sommet d’une crête et enveloppée par la forêt avoisinante, cette maison vaste de deux étages domine par sa hauteur.

La réinterprétation de la forme traditionnelle de la grange que l’on retrouve dans la région en fait la force du concept architectural. Entièrement enveloppée d’un parement de métal gris foncé sur ses flancs et sa toiture, la résidence semble protégée des éléments et abrite une forme familière en bois. Trois découpes volumétriques sont effectuées afin de créer l’axe de l’entrée et les deux espaces terrasses à l’étage. Ces décrochés dans la volumétrie principale se démarquent par un revêtement de bois, dénudé de son manteau de métal qui vient rappeler le concept de doublure ou de l’arbre protégé par son écorce. 

La maison prend racine au sous-sol avec ses murs de bois et de béton qui forment la salle de jeu et le dortoir des enfants. Le rez-de-chaussée, où une entrée entièrement recouverte de bois, nous accueille dans une atmosphère feutrée d’où l’on accède à 4 grandes chambres toutes équipées de salles de bains complètes. En montant l’escalier au garde-corps en acier noir, qui agit comme une colonne vertébrale et qui surprend par sa légèreté, nous parvenons à l’étage où les espaces de vie surplombent la forêt et les environs. On découvre par des vues cadrées sur les troncs, les branches et le feuillage une multitude. De l’intérieur, les fenêtres cadrent avec une précision calculée le paysage, et ce depuis l’entrée parmi les souches et les troncs, en passant par le feuillage a l’étage et la cime des arbres plus matures lorsque notre regard se perd vers les lointaines montagnes.

L’espace commun de l’étage est très convivial et lumineux. Le cèdre blanc, recouvrant abondamment les murs et les plafonds, teinte la lumière. L’effet miroir du plancher de béton radiant reflète la lumière du jour et projette notre regard vers l’extérieur. Ses nombreuses fenêtres nous procurent une vue panoramique sur le paysage et la forêt avoisinante.. L’impressionnant plafond cathédral et le foyer judicieusement placé au centre de ce plan libre unifient les différentes activités – lecture, cuisine, discussions, repas et nous plongent dans un confort semblable a celui des résidences en bois d’autrefois. À la nuit tombée, la chaleur du foyer et les lumières basses plongent les plafonds dans l’ombre et créent une atmosphère mystérieuse qui évoque les veillées traditionnelles québécoises d’antan.

Voir aussi :