Renaissance du Casino de Montréal

par Menkès Shooner Dagenais Letourneux et Provencher_Roy

Renaissance du Casino de Montréal

Architectes : Yves Dagenais, architecte chargé de projet, associé principal et cofondateur, Jean-Pierre Letourneux, architecte chargé de projet, associé principal et cofondateur, Luc Doucet, architecte senior principal, Vincent Lauzon, architecte senior principal, Dominic Genest, architecte senior principal, Marco Goyette, architecte senior, de Menkès Shooner Dagenais Letourneux Architectes, Montréal (site Web); et Claude Provencher, architecte chargé de projet, associé principal et cofondateur, Eugenio Carelli, architecte associé, Brent Swanson, designer associé, Jean-Luc Rémy, architecte, Hani Diab, designer, Daniel Leagault, architecte, de Provencher_Roy Architectes, Montréal (site Web).
Architectes originaux (1967) : Jean Faugeron, France, et Les Architectes FABG, Montréal (site Web).
Designers d'intérieur (restaurants) : Blazysgerard, Montréal (site Web).
Concepteurs lumière : Ombrages, Québec (site Web).
Scénographie et multimédia : Moment Factory, Montréal (site Web).
Ingénieurs en structure : Pasquin Saint-Jean et Associés, Montréal (site Web), et Roche, Québec (site Web).
Ingénieurs électromécaniques : Exp, Montréal (site Web), et Bouthillette Parizeau, Montréal (site Web).
Entrepreneur principal : Pomerleau, Saint-Georges (site Web).
Client : Casiloc, une filiale de Loto-Québec, Montréal (site Web).
Endroit : 1, av. du Casino, arrondissement de Ville-Marie, Montréal.
Superficie : 45 000 m² (480 000 pi²).
Étages : 9 niveaux ouverts au public.
Distinctions : Projet de l'année et Prix « aire commune » aux Grands prix du design 2015, Prix « espace public » et Prix spécial « surface » aux Grands prix du design 2013, Mention honorable au Asia Pacific Design Center Award et Prix d’excellence de l’ICCA dans la catégorie « Projets jeunes architectes / ingénieurs ».
Matériaux notables : Aluminium (parement) et couleur blanche.
Type de projet : Commercial.
Coût des travaux : 318 millions $.
Année : 2013.

Source : v2com.

La Renaissance du Casino a été nommée Projet de l'année par les Grands prix du design 2015 lors de la soirée se tenant à Montréal mercredi le 28 janvier dernier. Dessinée par le consortium formé des firmes Menkès Shooner Dagenais Letouneux Architectes et Provencher_Roy Architectes, elle est le résultat d'un travail commencé en 2009 et visant à complètement réaménager le casino ouvert en 1993.

Le labyrinthe de tables et de machines est disparu au profit d'une organisation centrée sur un vaste espace vertical, libéré sur plusieurs étages et accueillant les espaces de détente et de restauration. Autour sont disposés les divers salons de jeux et les salles dédiées à certaines clientèles spécifiques. Ce nouveau noyau sert de point de repère et est dynamisé par des effets de lumière et un écran multimédia sur lequel est présentée une création de Moment Factory.

L'accès principal est déplacé du côté du stationnement et marqué par une grande marquise métallique reprenant le style architectural de cet ancien pavillon de l'Expo. Entre cette entrée et le cœur du bâtiment, les architectes ont aménagé une promenade architecturale qui permet aux visiteurs de voir les espaces de jeu, sans y avoir immédiatement accès.

La complétion de ce projet tourne définitivement la page sur le projet avorté de déménagement du Casino de Montréal dans le quartier Pointe-Saint-Charles en 2006. Critiqué pour son manque de sensibilité sociale, il a été abandonné au profit d'une modernisation des installations existantes. Un choix qui s'est avéré judicieux puisqu'il a permis à l'équipe d'architectes de continuer d'utiliser et de mettre en valeur cet édifice patrimonial qui ne dispose malheureusement d'aucune protection légale et peut difficilement trouver un autre usage.

Rappelons que le pavillon de la France, hébergeant maintenant le casino, a été construit en prévision de l'Expo 67. Il est l'œuvre de l'architecte français Jean Faugeron avec l'aide de la firme québécoise André Blouin Architectes, appelée maintenant Les Architectes FABG.

Description du projet par ses architectes :

Le projet actuel complète le travail amorcé en 1993, lors de la première phase de rénovations qui a permis de donner un deuxième souffle à l’ancien pavillon de la France de l'Exposition universelle de 1967. La conception et les travaux avaient alors été complétés en un temps record de 10 mois. Face au succès immédiat, des agrandissements successifs et parcellaires ont été entrepris une première fois, en 1994, et une deuxième fois, en 1996, dans l'édifice qui abritait l'ancien Pavillon du Québec.

La nouvelle phase de rénovations majeures aura permis de revoir en profondeur et de façon globale l’ensemble des circulations et de résoudre du même coup certains problèmes fonctionnels.

Les architectes ont clarifié l’espace en l’articulant autour d’un cœur circulaire s’élevant sur quatre étages, où se concentrent les aires de détente (bars et lounges). Les aires de jeux se répartissent autour de cette colonne vertébrale matérialisée par une grande résille en lamelles d’aluminium avec, au sud, les ascenseurs panoramiques et, au nord, les escaliers. Au 5e niveau, se retrouvent les services de restauration, avec deux comptoirs de restauration rapide (asiatique et occidentale), un buffet et un restaurant à la carte.

Pour préserver l’unité d’un espace dédié au plaisir du jeu, les anciens bureaux administratifs ont été relocalisés à l’extérieur du bâtiment. Les multiples accès antérieurs ont cédé la place à une unique entrée magistrale, regroupant les services d’accueil, de vestiaire et de sécurité. À l’extérieur, les concepteurs ont rationalisé les circulations automobiles et piétonnes qui convergent toutes désormais vers un seul point d’accès.

Une identité forte

La mise en place d’une identité forte était primordiale dès les premières étapes du projet. Pour Yves Dagenais, associé fondateur de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, il s’agissait de trouver, en collaboration avec l’équipe marketing, la vraie force de résonance du Casino, tant par la place qu’il occupe dans la ville que pour sa clientèle. Le projet d’aménagement actuel confère ainsi à l’espace intérieur une personnalité propre, définie autour du thème du jeu, de la lumière et de la montréalité. Chacun des quatre étages d’aires de jeu est identifié par une couleur de carte à jouer dont le motif apparaît discrètement découpé dans les panneaux d’aluminium perforés qui habillent les murs. Dans le même esprit, des mannequins géants à l’effigie d’une figure de carte (Dame de cœur, Joker…) accueillent les visiteurs à l’entrée de chaque zone de détente. Des jetons surdimensionnés suspendus ou dessinés sur le sol viennent étoffer cette symbolique du jeu.

La lumière est omniprésente, autant projetée par les nombreux luminaires que filtrant à travers les murs rétroéclairés. Elle bénéficie de la perméabilité de l’espace, à l’image de la séparation des aires de jeu de celles de détente, qui prend la forme d’une immense palissade ajourée composée de tubes chromés ciselés au laser. 

L’esprit montréalais, quant à lui, pourra s’exprimer grâce à un monumental écran médiatique, conçu par les architectes et programmé par la firme Moment Factory, qui s’élève sur cinq niveaux au centre de l’édifice transformé en zone de spectacle multimédia permanent. Le Casino devient ainsi un lieu de diffusion de la culture et de la créativité montréalaise.

Un laboratoire de créativité

Fait très rare pour ce genre de projet, le réaménagement du Casino s’est transformé en véritable laboratoire d’expérimentation. Un budget spécial de recherche et développement a été prévu pour concevoir et tester de nouveaux matériaux, structures et éclairages. Cette créativité a été poussée jusqu’à modifier la perception traditionnelle des fonctionnalités de l’espace. Ainsi, les murs sont devenus signalétique, éclairage d’ambiance et support d’identité visuelle. 

L’équipe de design d'intérieur Moureaux Hauspy, faisant partie de Provencher_Roy, a collaboré à l’aménagement intérieur de l’ensemble du projet, comptant les entrées, les aires de jeu, les aires communes et la zone VIP. Elle a fait appel à la firme Blazysgerard pour intervenir sur l’aménagement des restaurants du Niveau 5.

Un respect des visiteurs et d’un site historique

Malgré la durée et l’ampleur des travaux, la souplesse de fonctionnement des équipes impliquées dans ce projet aura permis au Casino de poursuivre ses opérations sans interruption et sans gêne majeure pour ses clients.

Par ailleurs, les architectes ont minimisé l’impact de leur intervention sur le site historique de l’Expo 67 et respecté l’identité de l’ancien pavillon français. À titre d’exemple, ils ont utilisé le même langage architectural d’origine pour concevoir la nouvelle entrée principale. En outre, les nouvelles galeries abritant les bureaux administratifs ont été enfouies sous un nouvel aménagement paysager qui remet à l’honneur les anciens bassins et plans d’eau de l’Expo 67.

Voir aussi :

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :