Place de la cathédrale

par la Ville de Saint-Jérôme et Plania

Place de la cathédrale

Architectes de paysage : Yvan Lambert, de la Ville de Saint-Jérôme (site Web), et André Arata, de Plania, Montréal (site Web).
Plans et devis : Plania, Montréal.
Entrepreneur : Bernard paysagiste, Brownsburg-Chatham (site Web).
Client : Ville de Saint-Jérôme, en partenariat avec le Diocèse de Saint-Jérôme (site Web).
Endroit : À l'arrière du 355, place du Curé-Labelle, Saint-Jérôme, Laurentides.
Superficie : 2700 m².
Distinctions : Lauréat du Prix d'aménagement Les Arts et la Ville 2014, dans la catégorie « Municipalités de 20 000 à 100 000  habitants ».
Type de projet : Parc public.
Coût des travaux : 410 300 $.
Année : 2013.

La Place de la cathédrale a été aménagée dans un ancien stationnement sur lequel était autrefois construit le centre diocésain depuis longtemps désaffecté. Dans le but de faire de ce nouvel espace public un jardin monastique contemporain, ses designers ont repris la forme symbolique du labyrinthe utilisée depuis 4000 ans comme image du pèlerinage. Du thym, planté entre les allées du labyrinthe, ajoute un caractère olfactif à l'expérience lorsque le passant frotte ses pieds contre le sol.

Une colonne lumineuse évoquant un cierge est implantée dans une insertion de granit qui poursuit l'axe de la cathédrale, mettant les deux espaces en relation. Une seconde insertion de granit pointant plutôt vers le nord vient croiser la première et a pour but de rappeler le rôle central de Saint-Jérôme et du curé Antoine Labelle dans la colonisation des Pays-d'en-Haut.

Zone de passage autant que de méditation, le parc est traversé par un long trottoir relie la rue du Palais à la rue Parent. Dans l'axe nord-sud et légèrement sinueux, il évoque le rôle de la rivière du Nord et du chemin de fer du P'tit Train du Nord comme colonnes vertébrales de la colonisation des Laurentides.

Une citation biblique, marquée dans le banc circulaire de béton, se traduit par « Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, mais à ton Nom donne la gloire » (Psaume 115).

Description du projet émise par communiqué de presse par la Ville de Saint-Jérôme le 5 juillet 2013 :

La Ville de Saint-Jérôme et son partenaire, le diocèse de Saint-Jérôme, ont inauguré aujourd’hui la place de la Cathédrale. Celle-ci occupe le site où se dressait au centre-ville, il y a peu de temps encore, le centre diocésain, un immeuble vétuste qu’on ne pouvait pas rénover. Selon l’entente signée par les deux parties, la Ville s’est chargée de la démolition de l’édifice et de son remplacement par une place publique, tandis que la fabrique assume la gestion du terrain de stationnement adjacent.

Mise en valeur de la cathédrale

La place a été conçue pour mettre la cathédrale en valeur et pour créer un espace différent des autres places publiques de Saint-Jérôme. Tout geste posé avait une intention. Le jardin a été planté d’allégories et de souvenirs autant que d’arbres et de vivaces. L’aménagement inspiré des jardins monastiques d’autrefois, avec ses éléments de granit et son banc, se prête au recueillement et à la méditation. On pourrait même voir dans la présence des pommetiers une évocation du Paradis terrestre.

Les jardins et les places insérées dans la trame des villes sont souvent qualifiés d’historiques parce qu'ils marquent une période de l'évolution d'une culture et parfois même son apogée. Ils témoignent en tout cas d’une recherche du beau et du désir d’offrir un site propice à l’élévation de l’âme et à la sérénité. La place de la Cathédrale s’inscrit dans cette tendance. Des symboles et un texte latin gravé dans la pierre évoquent le patrimoine religieux de la communauté jérômienne. Sur deux colonnes, on peut lire les noms des prêtres et des évêques fondateurs de la paroisse et du diocèse.

Harmoniser des espaces naturels de qualité avec l’environnement urbain

La place de la Cathédrale est un lieu de passage entre la place de la Gare et le cégep. Ses arbres, feuillus et conifères, aident à lutter contre la formation d’îlots de chaleur. Avec d’autres lieux privilégiés du centre-ville, tels le carré du Curé-Labelle, la place de la Gare et l’amphithéâtre Rolland, la place de la Cathédrale témoigne de la volonté des Jérômiens d’harmoniser des espaces naturels de qualité avec leur environnement urbain.

Voir aussi :

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :