Maison des Érables

par Atelier Barda

Maison des Érables

Architectes : Atelier Barda, Montréal (site Web).
Endroit : Arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, Montréal.
Superficie : 100 m² (1100 pi²).
Étage : 1 niveau et demi (et accès au sous-sol).
Programme : Résidence unifamiliale de trois chambres à coucher, dont une avec walk-in et salle de bain privée.
Matériaux notables : Béton (surfaces), bois (surfaces) et couleur blanche.
Type de projet : Rénovation, résidentiel en duplex.
Livraison : 2013.

Photographes : Frédéric Bouchard, Montréal (site Web), et Max Riché (site Web).

Un duplex du quartier Rosemont est transformé en un vrai bijou de design dans ce projet résidentiel conçu par l'Atelier Barda. Le nouvel aménagement conserve l'apparence extérieure de l'immeuble, mais repense complètement l'intérieur pour mieux l'adapter aux besoins de la petite famille qui l'habite.

Ce qui accroche d'abord le regard du visiteur, c'est à quel point le décor est épuré. Les fonctions demandant davantage d'intimité (chambres à coucher, salle de bain, lavage, etc.) ont été regroupées le long d'un des mur mitoyens et camouflées derrière trois grands blocs parés de panneaux de merisier russe. Y sont aussi encastrés une série de petits espaces qui accueillent parfois des électroménagers, parfois des espaces de rangement, et qui s'ouvrent sur l'espace commun par de magnifiques portes au fini soigné.

Cette organisation ingénieuse permet de libérer un vaste espace commun réunissant avec fluidité la salle à manger, la cuisine et le séjour. Très lumineux, il traverse l'entièreté du bâtiment et s'ouvre autant sur la rue que la cour arrière. Le plancher de béton ciré, dont le matériau se retrouve aussi en surface de l'îlot de cuisine, forme un contraste agréable avec le bois des pièces latérales et la blancheur des murs.

Une partie du logement à l'étage a été reprise pour aménager un nid aux parents, avec chambre des maîtres, pièce de type walk-in et salle de bain privée. Pour faire entrer de la lumière naturelle au cœur du bâtiment, un puits de lumière a été percé dans la cage d'escalier menant à l'étage. L'ouverture latérale qui a été faite à son sommet permet d'éclairer naturellement la salle de bain adjacente, dont la jolie céramique blanche maximise la luminosité.

Description du projet par ses architectes :

Les propriétaires d’un duplex typique du quartier Rosemont désiraient agrandir et réaménager leur espace de vie sans toutefois augmenter le volume de construction existant. Notre premier réflexe fut de proposer de reprendre l’étage du haut et de convertir le duplex en cottage.

Ce faisant, les clients perdaient une part de revenus leur permettant de rembourser les travaux. Nous avons donc révisé le concept et proposé de ne reprendre qu’une partie de l’étage supérieur, le salon double; pour y loger une chambre, un walk-in et une salle de bain pour le couple propriétaire. Ainsi un appartement de trois pièces et demi à l’étage a pu être légèrement réaménagé et conservé pour la location.

Le rez-de-chaussée a quant à lui été complètement réaménagé pour ouvrir et libérer l’espace au maximum. Nous avons donc divisé l’espace en deux sur la longueur, permettant d’une part de créer un espace de vie libre, ouvert et largement éclairé (séjour-cuisine-salle à manger) et d’une autre part, trois précieuses boîtes de bois logeant deux chambres pour les enfants et un bloc technique (salle de bain, buanderie, garde-manger, escaliers). Les interstices séparant les trois volumes permettent d’accéder aux escaliers menant à la chambre du haut, le sous-sol, la salle de bain et la buanderie.

L’espace intérieur crée ainsi des « paliers d’intimité », et module proximités et distances, ouvertures et fermetures, partages et retraites.

Le concept matériel minimaliste a été pensé pour mettre en valeur le mobilier et les objets des occupants. Ainsi les murs de gypse blanc permettent de faire ressortir en contraste les précieuses boîtes plaquées de bois de merisier, le plancher, la longue banquette et l’îlot de béton...

Le nouvel aménagement est ainsi traversé au rez-de-chaussée par un axe visuel. Ce dernier, orienté longitudinalement à l’espace de séjour accompagne les habitants dans leurs déplacements – de l'entrée à la terrasse, des chambres à la salle de bain et vice versa – les percées visuelles permettent de prolonger les espaces vers l'extérieur et ainsi d'ancrer l’espace de vie au paysage de la cour et de la rue. 

Source : Atelier Barda.

Plus d'informations sur le site Web d'Atelier Barda.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :