Maison de Chateaubriand

par Anik Péloquin architecte

Maison de Chateaubriand

Architecte : Anik Péloquin, architecte responsable, d'Anik Péloquin architecte, Montréal (site Web).
Ingénieurs : Donald Arsenault ingénieur conseil, Montréal (site Web).
Entrepreneur : Les entreprises G3F, Montréal.
Endroit :  Arrondissement Ahuntsic-CartiervilleMontréal.
Superficie : 210 m² (2225 pi²).
Étages : 3 niveaux, incluant le sous-sol.
Programme : Résidence unifamiliale avec trois chambres à coucher, deux salles de bain, un bureau et un garage.
Matériaux notables : Bois torréfié (parement) et brique (parement).
Type de projet : Résidentiel unifamilial.
Année : 2011.

Source : v2com.

La maison de Chateaubriand servait autrefois de résidence pour le chef de gare du tramway reliant Montréal-Nord au centre-ville. Sa rénovation, dessinée par Anik Péloquin architecte, lui donne une apparence moderne qui s'insère avec bon goût et sobriété dans son environnement.

Sa façade sur rue conserve les ouvertures limitées du bâtiment d'origine, mais son parement est nouveau. Exigée par les règlements de l'arrondissement, la brique est accompagnée d'insertions de bois torréfié dans les mêmes teintes, créant un contraste de texture qui donne du caractère à l'ensemble.

Chose rare pour une maison d'architecte, des couleurs vives – le jaune, le vert, le rouge – ont été intégrées dans le design d'intérieur. Les pièces sont abondamment éclairées par les grandes ouvertures de la façade arrière, qui donnent sur la nature de la cour et du parc attenant.

Description du projet par son architecte :

L’environnement de cette ancienne maison de chef de gare s’est modifié radicalement depuis les dernières décennies. À l’ouest, les chemins de fer ont fait place à un grand parc aux arbres maintenant matures et à l’est, une autoroute suspendue découpe la ville. La rénovation et l’agrandissement de cette maison s’inscrivent dans ce contexte transformé.

À l’avant, côté est, la façade de briques est sobre et graphique. Elle conserve ses ouvertures d’origine. Plutôt opaque, elle préserve l’intimité des occupants. L’insertion de quelques lattes de bois laisse deviner la transformation de cette maison. 

La façade arrière fait face à l’ouest et au parc. Le revêtement de bois, en harmonie avec la nature environnante, prédomine. Le nouveau volume de l’agrandissement inclut la salle à manger et la terrasse. Son garde-corps est le prolongement du revêtement de bois. 

Les nouvelles fenêtres laissent abondamment pénétrer la lumière naturelle et font profiter les occupants de la végétation et des arbres matures du parc. Visible dès l’entrée, cette nature urbaine fait partie intégrante des espaces communs les plus achalandés de la maison. 

Située à un jet de pierre de l’autoroute, cette maison transformée permet à ses occupants de vivre au cœur de la nature et de profiter de ses variations tout au long de l’année.

Voir aussi :

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :