Les Jardins du Bota Bota

par MU Architecture

Les Jardins du Bota Bota

Architectes : Jean-Sébastien Herr, Charles Côté, Matthew Schmid et Sabrina Charbonneau, de MU Architecture, Montréal (site Web).
Ingénieur pisciniste : Pierre Girard, de Girard-Hébert, Montréal (site Web).
Consultants : Daniel Gouin, de Kanco Structure d'acier, et David Trinque et Shella-Eve Simard, de Bota Bota, Montréal.
Gestionnaires de projet : Jasmin Martel et Simon Poirier, GLT+, Longueuil (site Web).
Clients : Daniel Émond et Geneviève Émond, de Bota Bota, Montréal (site Web).
Adresse : 538, rue de la Commune Ouest, arrondissement de Ville-Marie, Montréal.
Superficie : Environ 500 m².
Capacité : Environ 100 clients supplémentaires.
Programme : Aménagement d'un espace détente sur le quai adjacent au navire, avec trois bassins extérieurs (un froid, un chaud, et une piscine), des zones végétalisées, une plateforme yoga, un bain vapeur intérieur, une pièce de repos et un local technique.
Distinction : Lauréat du Prix Coup d'éclat décerné par la Société des attractions touristiques du Québec et Festivals et événements Québec, dans la catégorie « Projet de développement touristique ».
Matériaux notables : Acier peint en blanc (toitures), ipé (parement) et pierre (surface au sol).
Protection : Situé dans l'Arrondissement historique du Vieux-Montréal, déclaré Site patrimonial par le Gouvernement du Québec en 1964.
Type de projet : Commercial.
Mise en service : 4 juillet 2015.

Photographe : Fany Ducharme, Montréal (site Web).

Le « spa-sur-l'eau » du centre-ville de Montréal s'est agrandi au début de l'été. Conçus par MU Architecture, les Jardins du Bota Bota ont été aménagés au pied du navire-spa sur l'îlot à l'embouchure du canal de Lachine. Les nombreuses contraintes techniques liées au travail sur un site si particulier n'ont pas empêché les architectes d'offrir aux visiteurs un espace apaisant et épuré, isolé de l'effervescence de la ville.

Les nouvelles installations sont organisées autour de trois vastes bassins d'eau : un bain froid, une large piscine et un bassin à remous. Trois conteneurs ont été disposés en pourtour et confèrent de l'intimité au lieu. Complètement transformés par un élégant parement en bois et des toitures végétalisées, ces pavillons offrent des espaces intérieurs supplémentaires à la clientèle, dont un bain vapeur. Une chute s'écoule du toit de la salle des machines, masquant de son bruit apaisant le brouhaha du centre-ville voisin.

Le travail sur le site ne s'est pas fait sans difficulté, le site ne disposant pas d'accès facile pour la machinerie lourde. Les conteneurs ont été transportés par barge et, à l'exception des bassins, l'aménagement est assez léger. Il a aussi été exigé de Bota Bota que les installations soient facilement démontables, le Port se réservant la possibilité, un jour, de se réapproprier le lieu pour ses activités.

Description du projet par ses architectes :

Situé en plein cœur du Vieux-Montréal et amarré au port du fleuve Saint-Laurent, le spa Bota Bota est un site touristique incontournable. Le contexte portuaire est riche en histoire et présente un caractère unique à Montréal. Le site est entouré d’eau, de végétation et des grands silos à grains. MU Architecture fut mandaté pour concevoir un oasis de détente à cet endroit exceptionnel. Un havre de paix au cœur de la ville. C’est donc entre le bateau-spa, le fleuve et la voie ferrée surélevée que Les Jardins du Bota Bota prirent forme.

Le mandat consistait à créer un espace détente sur la terre ferme et ainsi donner aux clients un accès à l’extérieur. Le projet devait devenir le lieu de prédilection pour les Montréalais en quête de silence, de rafraîchissement et d’ombre dans les mois de canicule mais également un lieu convivial de baignade extérieur en plein hiver avec vue sur les gratte-ciels.

MU Architecture proposa pour le concept d’aménagement un jeu de paliers végétalisés qui venaient faire le lien graduellement entre le bateau et le sol. En choisissant le conteneur comme élément principal de construction, il y avait moyen de mettre en valeur le concept du quai de chargement et de créer un clin d’œil au contexte portuaire.

Cet aménagement du grand quai comprenait de nombreux défis techniques dont l’impossibilité d’avoir accès à la machinerie lourde puisque le site était ceinturé par le fleuve, le chemin de fer et une végétation à préserver. Il fallait également construire de façon semi-permanente de manière à ce que les bâtiments puissent être assemblés et démontés aisément. Ainsi seuls les conteneurs, en plus d’être une belle opportunité de recycler, pouvaient être amenés par barge et composer la totalité des volumes qui allaient abriter les espaces de détente, bain-vapeur et salle des machines.

Ces « pavillons » furent donc disposés de manière à créer un parcours de détente et de découverte. L’intention architecturale était de créer un jeu simple mais élégant de volumes monolithiques qui présenteraient des perspectives fortes. Ils cadrent continuellement des vues impressionnantes sur les silos à grains, habitat 67, le Vieux-Port et les gratte-ciels du centre-ville. Ils furent tous surmontés de grandes toitures en porte-à-faux végétalisées qui créent des zones d’ombre et génèrent cette impression d’oasis. Par moments, les bordures des toitures se composent de métal perforé par un motif à carreaux qui procure un jeu d’ombres dansant au rythme du mouvement du soleil.

Les premiers volumes nous accueillent et nous dirigent vers le centre du projet, la faille de lumière nous attire vers la piscine, élément central du projet. Les conteneurs s’articulent ainsi autour de ce grand plan d’eau divisée en trois bassins désaxés (bain froid, grand bain à remous et vaste piscine). L’orientation des bassins permet un ensoleillement maximal tout au long de la journée et leurs formes irrégulières génèrent différentes zones dans le but de favoriser l’intimité. Le tout s’étale sur une centaine de pieds et forme la plus grande piscine extérieure non-publique à Montréal.

Entourée par des chemins de pierres, la piscine est ponctuée par des aires de repos, un foyer extérieur et une plateforme de yoga. Il est ainsi possible de se prélasser dans une immense piscine extérieure, dans des espaces fermés de détente ou encore prendre un bain de soleil sous les arbres au pied des chutes des écluses. Le système de drainage à débordement permet une intégration totale au niveau du sol et une certaine spiritualité s’en dégage. Le lieu est un havre de paix, une oasis de verdure et de repos en plein centre-ville.

Les matériaux utilisés furent volontairement réduits au minimum de trois afin de maximiser l’impact de l’architecture. Ainsi la pierre est omniprésente au sol et donne l’effet que les bassins furent entièrement excavés à même le roc. Le bois, en l’occurrence de l’ipé qui résiste bien aux intempéries, recouvre la totalité des conteneurs afin d’adoucir leur impact et de faire disparaître l’aspect industriel qui leur est intrinsèque. Finalement, l’acier qui constitue les toitures fut utilisé dans le but d’allonger les porte-à-faux et de leur donner de la légèreté en les affinant. En peignant ces éléments en blanc, ce phénomène fut accentué et les rendit plus lumineux.

L’idée des toitures végétales fut amenée dans le but d’intégrer le projet dans son environnement et de minimiser les gains de chaleur. Bien qu’un gazon synthétique fût posé temporairement, l’impact des plateformes vertes vues du haut du bateau est impressionnant et amène une certaine discrétion qui pique notre curiosité. Le processus de construction des toitures fut laborieux. Tout fut préfabriqué en usine, démonté puis réassemblé sur le chantier. Une de ces toitures, celle de la salle mécanique, comporte même une chute qui se déverse dans la piscine.

Les Jardins du Bota Bota sont également dotés d’un dallage chauffant qui permet de rendre les bains accessibles 12 mois par année. Ce système radiant géothermique avant-gardiste est alimenté par la récupération de l’énergie issue du fleuve Saint-Laurent et même des eaux usées du bateau. Un des grands défis fut en effet de dissimuler tous ces conduits, réservoirs et machines de manière à présenter en surface un produit architecturalement épuré et minimaliste. Il s’agit d’un projet très écologique, très technique et hautement atypique. Une seconde phase est prévue dans un avenir proche pour ajouter un conteneur sauna et un deuxième espace détente.

Considéré comme un des principaux attraits touristiques de la ville de Montréal selon le Wall Street Journal de New York, le Bota Bota a gagné, grâce à sa nouvelle phase, le prix du développement touristique de la SATQ-FEQ pour l’unicité de son design avant même d’être construit.

Ce projet fut conçu en suivant la philosophie de MU Architecture; un projet sensible qui s’intègre pleinement à son site et qui prend en considération les différents éléments de l’environnement immédiat et du contexte historique. Les Jardins du Bota Bota, maintenant complétés et fonctionnels, attirent un grand nombre de touristes et de Montréalais et donne régulièrement lieu à des événements courus. Ce projet unique contribue ainsi au rayonnement de notre ville sur la scène internationale.

Source : v2com.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :