Les Géants de Bigwin

par MU Architecture

Les Géants de Bigwin

Architectes : Charles Côté et Jean-Sébastien Herr, avec l'aide de Pierre-Paul Guillemette, Isabelle Jolicoeur et Morgane Second; de MU Architecture, Montréal (site Web).
Concours : Bigwin Island Block 78 Invited Design Competition.
Client : Eagle Landing Company, Lake of Bays (site Web).
Endroit : Île de Bigwin, Lake of Bays, Ontario.
Superficie : 45 à 50 unités, de 110 m² (1200 pi²) à 140 m² (1500 pi²).
Matériaux notables : Bois et cuivre (parement).
Type de projet : Résidentiel hôtelier.
Année : 2014.

Source : v2com.

Au printemps dernier, MU architecture a été invité, avec cinq autres firmes de renom, à participer à un concours d'architecture organisé par un club de golf de grand luxe du « cottage country » ontarien.

Leur proposition s'inspire de la forme des habitations amérindiennes autrefois utilisées dans cette région des Grands Lacs. Réunis en regroupement de trois à quatre, ces chalets de dimensions variables sont tous recouverts d'un parement de cuivre dont la patine favorisera l'intégration avec les terrains boisés de l'île de Bigwin.

Leur proposition sera finalement rejetée au profit de celle du bureau néo-écossais MacKay-Lyons Sweetapple Architects.

Description du projet par ses architectes, émise par communiqué de presse le 14 janvier 2015 :

Proposition imaginée par MU Architecture dans le cadre d’un concours pancanadien sur invitation, ce projet d’une cinquantaine de petites habitations se situe sur l’île de Bigwin, Lake of Bays , Ontario, Canada. L’objectif était de concevoir ces unités d’habitation haut de gamme de 1200 à 1500 pi² pour la clientèle du célèbre club de golf de Bigwin.

Inspirés par le passé autochtone qui émane de l’île, les Géants de Bigwin sont un hommage aux légendes amérindiennes et aux esprits qui semblent encore régner sur l’île. Bien que très singulières, ces habitations évoquent ces formes familières des villages indigènes d’autrefois.

Le plan triangulaire, issu d’une forme pyramidale, permet une multitude de vues et d’aménagements.  Le surhaussement du premier niveau sur pilotis permet à la fois de minimiser l’empreinte au sol, de préserver un maximum de végétation existante et de procurer un certain niveau d’intimité aux occupants. L’aménagement des espaces est simple et efficace, un axe principal sépare les espaces techniques des espaces habitables. L’habitation de base se compose de deux volumes : un premier, sur deux étages comprenant au rez-de-chaussée : l’entrée incluant une petite salle d’eau, la cuisine, un coin dînette et un grand séjour avec foyer. Celui-ci est situé en plein centre de l’espace de façon à être vu de tous les coins de la maison. Un escalier en colimaçon relie l’espace principal à la mezzanine où l’on retrouve la première chambre à coucher et sa salle de bain. Le deuxième volume, plus petit et ouvert en double hauteur, comprend la deuxième chambre à coucher et sa salle de bain complète.

L’option proposée se décline en plusieurs volumes de différentes tailles pouvant être jumelés de manière à répondre aux différents besoins de la clientèle et de personnaliser son unité. Il est donc possible d’annexer un volume additionnel pour s’ajouter une véranda, un garage pour deux voiturettes de golf ou encore une chambre additionnelle. L’unité principale de deux chambres se retrouve également en version plus petite d’une seule chambre à coucher, idéale pour la location.

La structure de l’unité est entièrement préfabriquée et assemblée sur place. Des éléments composites en bois avec ancrages d’acier forment l’ossature principale. L’enveloppe a été conçue de manière a répondre à un ensemble de paramètres qui  font le caractère unique et propre de chaque unité. Ainsi, l’orientation, les vues, l’intimité et la localisation sur le site font varier la densité et l’espacement des lattes de cuivre qui composent le revêtement. Un système de panneaux de verre et de panneaux isolés enveloppe la structure. En s’oxydant, le cuivre favorise une intégration progressive des unités dans le paysage naturel. La notion de perte d’échelle, due au revêtement, à la forme et à l’absence d’éléments traditionnels d’architecture, se veut déstabilisante.

Le plan d’ensemble proposé divise les lots en 4 zones correspondant à différentes phases de construction. Les unités y sont regroupées en petite grappe de 4 à 5 unités favorisant des vues et une plus grande intimité. Des espaces publics sont aménagés afin de favoriser les échanges et développer un esprit de communauté.

Voir aussi :

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :