Centre de découverte du lac Arthabaska

par BGLA | Architecture + Design urbain

Centre de découverte et de services du lac Arthabaska

Architectes : Stéphan Gilbert, architecte patron, Yasmina Lacasse, architecte chargée de projet, Pierre André Lévesque, architecte concepteur, David Brassard, architecte concepteur, de BGLA | Architecture + Design urbain, Québec (site Web).
Architectes de paysage : Claude Lachance, chargé de projet, et son équipe de Duo Design, Québec (site Web).
Muséologues : Denis Gasse, chargé de projet, et Charles Méthé, concepteur principal, de Groupe GID Design, Québec (site Web).
Ingénieur en structure : Philippe Duquette, ingénieur chargé de projet, de BPR, Québec (site Web).
Ingénieurs mécanique/électrique : Richard Vachon, ingénieur mécanique, et Jonathan Labarre, ingénieur électrique, de CIB Groupe Conseil, Québec (site Web).
Entrepreneur général : Groupe Habitat, Baie-Saint-Paul (site Web).
Client : Société des établissements de plein air du Québec, Québec (site Web).
Endroit : Parc national des Grands-Jardins, région de la Capitale-nationale.
Superficie : 330 m² (3600 pi²).
Étage : 1 niveau.
Programme : Espace multifonctionnel (accueil, animation et exposition) accompagné d'espaces à bureaux, d'une boutique, d'un dépanneur et d'une salle polyvalente.
Matériaux notables : Structure en lamellé-collé et en ossature légère en bois.
Type de projet : Institutionnel récréo-touristique.
Coût de la réalisation : 1,547 million $.
Réalisation : 2013 - 2014.
Ouverture : 2015.

Photographe : Stéphane Groleau, Québec (site Web).

Conçu par l'équipe de BGLA | Architecture + Design urbain, le Centre de découverte et de services du lac Arthabaska sert de lieu d'accueil, d'information et d'exposition pour le centre et l'ouest du parc national des Grands-Jardins. Le pavillon est établi dans une zone particulièrement exposée au climat froid et aride des Grands-Jardins, à l'intérieur d'un secteur qui a récemment été la proie de violents incendies de forêt. Les architectes ont dû dessiner un bâtiment entièrement autosuffisant et indépendant des réseaux d'eau et d'électricité qui se terminent à une centaine de kilomètres plus au sud.

L'architecture du Centre est d'une grande sobriété et laisse toute la place à la majesté du site. Ses teintes terreuses et cendrées se glissent harmonieusement dans le paysage dégarni du lac Arthabaska. Le grand pignon, en plus de faire un clin d’œil intéressant aux chalets forestiers traditionnels, permet d'accueillir plusieurs des panneaux solaires fournissant au lieu son énergie. Les nombreuses ouvertures du côté du lac permettent de profiter de la chaleur naturelle qu'offre la lumière du sud, tandis que le côté nord plus fermé protège du vent et du froid – seul le grand portique vitré y invite les visiteurs à entrer.

Description du projet par ses architectes :

Ce centre de découverte est un espace d’accueil, un lieu d’animation, d’exposition et de découverte pour les visiteurs du parc des Grands-Jardins dans Charlevoix. Comprenant aussi des espaces à bureaux, une boutique, un dépanneur et une salle polyvalente, il vise à desservir la clientèle du parc et à sensibiliser les usagers sur les divers événements mettant en valeur un écosystème unique, dans un site naturel ayant subi deux incendies de forêts majeurs.

Concept

L’architecture du nouveau bâtiment se compose de deux volumes simples, inspirée de l’architecture vernaculaire du Parc des Grands-Jardins et surtout de ses refuges de pêche. Les volumes sont traversés par un axe visuel dirigeant le regard directement vers le lac en entrant et liant aussi les deux volumes. L’accueil du visiteur se fait en continuité avec la promenade vers les sentiers, le camping à proximité et le lac.

L’orientation et le décalage des volumes ont été créés de façon à suivre les courbes du lac, à maximiser le potentiel de vue dans chaque pièce et à optimiser les stratégies passives et actives de contrôle du confort des usagers et de la production d’énergie par panneaux solaires, installés en toiture sud.

Principaux défis de réalisation

Localisé au cœur du Parc des Grand-Jardins, aux abords du lac Arthabaska, le bâtiment devait se suffire à lui-même. Sans source d’énergie extérieure, l’architecture devait maximiser le contrôle énergétique en contrôlant les apports solaires importants tout en limitant la déperdition de chaleur; protéger les espaces des vents dominants et des intempéries; favoriser le confort des usagers tout en desservant bien ceux-ci. L’architecture met en scène une structure mixte en bois : lamellé-collé et ossature légère.

Nature des services rendus

La firme BGLA a élaboré une démarche de développement durable où les choix d’emplacement, de volumétrie, de matériaux, de fenestration, de structure et même d’équipements solaires ont été pris en compte.

Le bâtiment s’alimente en électricité par l’énergie solaire : une quarantaine de panneaux solaires recouvrent toute la face sud de la toiture. De plus, tous les équipements à l’intérieur ont été minutieusement choisis pour restreindre la consommation énergétique. D’autres choix écoresponsables ont été faits. Par exemple, la structure du bâtiment, ainsi que les plafonds et les murs intérieurs, sont entièrement faits de bois, un matériau renouvelable. L’utilisation du bois, plutôt que l’acier ou le béton, permet de réduire la consommation de gaz à effet de serre (GES).

Une autre préoccupation étant la consommation de l’eau potable, nous avons porté une attention particulière au choix des équipements afin d’en minimiser l’utilisation. Un système de déphosphatation a aussi été prévu afin de réduire la présence de phosphate dans les eaux usées. BGLA a fourni ses services à l’étape conceptuelle, aux plans et devis préliminaires, jusqu’aux plans et devis pour construction et surveillance du chantier.

Source : BGLA | Architecture + Design urbain.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :