La Migration du Biodôme

par AZPML, KANVA architecture et NEUF architect(e)s

La Migration du Biodôme

Architectes : Alejandro Zaera-Polo & Maider Llaguno Architecture, États-Unis (site Web), KANVA architecture, Montréal (site Web), et NEUF architect(e)s, Montréal (site Web).
Architecte original : Agence Roger Taillibert, France (1976).
Ingénieurs en structure : NCK, Montréal (site Web).
Ingénieurs électromécaniques : Bouthillette Parizeau, Montréal (site Web).
Client : Espace pour la vie, Montréal (site Web).
Endroit : 4777, av. Pierre-de Coubertin, arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Montréal.
Superficie : 15 472 m².
Étages : 5 niveaux, incluant 2 en sous-sol.
Certification : LEED NC Platine.
Type de projet : Institutionnel.
Coût des travaux : 22 millions $ (sous-estimé à 12 millions $ au lancement du concours).
Année : 2018.

Cet article est le troisième d'un dossier de quatre portant sur les transformations majeures qui affecteront l'Espace pour la vie de Montréal dans les années à venir.

Lundi, le 24 novembre : le Planétarium Rio Tinto Alcan;
Mardi, le 25 novembre : la Métamorphose de l'Insectarium;
Aujourd'hui, le 29 novembre : la Migration du Biodôme;
Après-demain, le 1er décembre : le Pavillon de verre au Jardin botanique.

 

Si vous êtes allés au Biodôme récemment, vous avez sans doute remarqué combien les installations marquent leur âge. Certes, les quatre écosystèmes sont en excellent état et la forêt tropicale humide, l'érablière des Laurentides, le golfe du Saint-Laurent et les régions subpolaires sont toujours aussi impressionnants. Mais le hall d'accueil et la billetterie sont coincés dans une pièce au plafond bas et d'un brun terne. L'entrée principale se trouve à l'arrière du bâtiment et donne sur une allée latérale du stade olympique. Les nombreuses portes au magnifique look rétro qui ceinturent le bâtiment sont presque toutes verrouillées.

Cela ne convient pas à une institution accueillant près de 850 000 visiteurs par année.

C'est suite au Concours international d'architecture d'Espace pour la vie qu'a été sélectionnée la proposition du consortium formé des firmes d'architectes AZPML, Kanva architecture et NEUF architect(e)s, ainsi que des bureaux d'ingénieurs Bouthillette Parizeau et NCK. Le réaménagement qu'ils suggèrent propose de vider le centre du Biodôme des fonctions techniques et de service qui y sont logées pour aménager une allée spectaculaire qui traverse les installations dans leur entièreté.

Ce passage est bordé de hauts murs aux formes organiques qui servent d'immenses surfaces de projection, des canvas très polyvalents qui favorisent à la fois l'immersion dans la visite et la promotion des expositions. Il donne aussi accès aux quatre écosystèmes du Biodôme, permettant ainsi une visite plus libre, et est complété par deux passerelles aériennes qui mènent au nouveau café surplombant les écosystèmes et offrant une vue sans précédent sur l'architecture du Vélodrome de Roger Taillibert.

Le projet veut aussi réintégrer le Biodôme à la ville et à Espace pour la vie. Les portes extérieures seront déverrouillées et l'anneau de circulation intérieure ceinturant les installations sera dégagé afin d'ouvrir les lieux sur la Grand place et sur la rue.

Description sommaire du projet, tirée du site Web Grands projets d'Espace pour la vie :

La Migration du Biodôme appréhende celui-ci comme un microcosme à l’intérieur duquel la faune, la flore, les saisons, la lumière et l’énergie se déploient autour d’un noyau central vers lequel converge un réseau de passages et de passerelles. La délicate paroi qui, telle une peau, enveloppe les écosystèmes, fait à la fois office de contenant et de réceptacle sur lequel sont projetées des créations multimédias qui racontent, d’une façon sensible, la beauté et la fragilité des rapports qui nous lient au vivant.

Aspects techniques

  • paroi numérique courbée qui enveloppe chacun des écosystèmes,
  • réseau de passerelles en hauteur,
  • café surplombant le nouvel écosystème subpolaire,
  • reconfiguration de l’architecture et de la muséographie des écosystèmes,
  • agrandissement des régions subpolaires pour plus d’immersion et de proximité avec les manchots.

Voir aussi :

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :