I like to move it

par DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX architecture

I like to move it

Créateurs : Mathilde Gaudemet et Arthur Ozenne, de DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX architecture, Paris (site Web).
Client : Festival international de jardins des Jardins de Métis, Grand-Métis (site Web).
Endroit : Jardins de Métis, 200, route 132, Grand-Métis, Gaspésie.
Matériau notable : Bois (structure, arbres vivants).
Type de projet : Jardin éphémère.
Création : 2015.

Photographes : Louise Tanguay, Gatineau (site Web), et Martin Bond.

Une forêt transformable! Voilà bien ce que nous propose le duo parisien DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX architecture dans leur jardin I like to move it, présenté dans le cadre du Festival international de jardins des Jardins de Métis. Trois merisiers de bonnes dimensions sont déplaçables le long de longues fentes dans le sol. Chaque visiteur peut ainsi organiser son petit boisé comme il l'entend, selon ses goûts et ses caprices.

Le mécanisme est simple. Sous le sol, de grands pots remplis de terre et de nutriments permettent aux arbres de bien vivre. Dotés de roues, ils glissent facilement sur des rails en bois. Ils sont ensuite recouverts d'une plateforme en ossature-bois similaire à celle d'un plancher de maison, laquelle soutient une épaisseur de terre et de paillis. Une ouverture linéaire d'une dizaine de centimètres est aménagée pour permettre le passage de l'arbre.

Du dessus, toutefois, rien de tout cela ne transparaît. Le jardin est plutôt discret, et ce n'est qu'au second regard qu'on réalise que les arbres peuvent être déplacés. L'un des rails s'étend d'ailleurs jusqu'au centre de l'allée du Festival, faisant littéralement sortir l'arbre de sa forêt, et nous invitant à entrer dans le boisé pour en savoir davantage.

Sur le plan poétique, l'installation pose aussi des questions sur notre rôle par rapport à la nature. En allant à l'extrême de l'intervention humaine – la nature étant ici transformable immédiatement et par nos propres mains –, le jardin nous amène à poser un regard nouveau sur notre relation avec l'environnement.

Au moment de notre passage, il y a quelques semaines, la section du troisième arbre n'était pas complétée. Le chantier tirait cependant à sa fin.

Description du projet par le Festival international de jardins des Jardins de Métis :

Dans ce jardin, le visiteur se retrouvera face à une parcelle en friche. De l’herbe, quelques bouleaux se fondant aux autres et au loin, une densité végétale. L’intervention de l’homme y semble inexistante. Mais des lignes régulières, rythmant la perspective, attireront l’œil du visiteur. Il se rapproche, tourne autour, scrute, s’interroge, finit par toucher. Et l’arbre se mettra à bouger. Le visiteur pourra le faire glisser et ainsi créer son propre jardin. Le banal deviendra insolite. La nature ainsi domestiquée transformera le paysage en jardin. Les arbres, immobiles et muets, quintessence même de l’enracinement, se déplaceront tel des êtres vivants. À la merci de l’homme. 

Biographie des créateurs par le Festival international de jardins des Jardins de Métis :

Le collectif DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX architecture [Mathilde Gaudemet, architecte & Arthur Ozenne, architecte] est né d'un désir commun de proposer une architecture contemporaine appropriable et compréhensible par tous. Considérant la pratique architecturale comme véritable lieu d’expérimentation, les architectes accordent autant d’importance à la qualité poétique d’un espace qu’à sa mise en œuvre. Leur pratique puise son fondement dans les rapports entre l’individu et le collectif, le particulier et l’universel, l’exceptionnel et le banal, intégrant le souci permanent de placer l’être humain au cœur de leurs projets.

Source : Jardins de Métis.

Plus d'informations disponibles sur le site Web des Jardins de Métis.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :