Écoquartier de la Pointe-D'Estimauville

par la Ville de Québec

Écoquartier de la Pointe-D'Estimauville

Concepteurs : Ville de Québec (site Web).
Endroit : Écoquartier de la Pointe-D'Estimauville, à l'angle de l'avenue D'Estimauville et du boulevard Sainte-Anne, Québec, région de la Capitale-nationale.
Superficie : 9,7 ha (97 000 m²).
Étages : De deux à six niveaux.
Programme : Écoquartier de 782 logements, certains offerts en formule plex, d'autres sous forme de copropriétés ou de maisons de ville.
Certification : Résidences certifiées LEED Canada pour les habitations.
Type de projet : Écoquartier.
Année : 2018 (phase I).

Source : Ville de Québec.

Un quartier écologique formé de 782 logements sera érigé lors de la phase I de l'écoquartier de la Pointe-D'Estimauville, dans le quartier Beauport de Québec. De typologies variées, allant de la maison de ville à l'immeuble en copropriétés, en passant par les traditionnels duplex et triplex, ces habitations seront construites autour d'un espace public central qui servira de cœur pour la petite communauté. Certaines seront sous forme de propriétés, tandis que d'autres seront mises en location.

Toute une panoplie de stratégies seront mises en œuvre dans le but d'en faire un projet vert. Déjà situé près d'une ligne d'autobus importante, le site sera éventuellement desservi par une gare du service rapide par bus (SRB) et sera facilement accessible en transport en commun. La gestion des eaux de pluie et des déchets domestiques fera l'objet d'une attention particulière. L'abondante végétation prévue au projet, ainsi que des toitures blanches, réduiront l'effet d'îlot de chaleur, tandis qu'un système intelligent d'éclairage, la ventilation naturelle et une isolation supérieure seront utilisés pour réduire la facture énergétique.

Les plans prévoient trois phases subséquentes, qui incluront des commerces de proximité, des espaces de bureau et des logements supplémentaires, pour offrir à terme une vraie mixité d'usage.

Le quartier est déjà un secteur d'emplois important depuis la récente construction de deux édifices fédéraux dans le voisinage immédiat du site. Près de 1200 fonctionnaires y travaillent.

Le projet d'écoquartier de la Pointe-D'Estimauville, lancé en grande pompe en 2012, avait subi un sérieux revers avec le désistement du promoteur retenu par la Ville. La Ville de Québec a depuis choisi de servir directement comme maître d'œuvre du projet et a resserré les critères du projet : la certification LEED Canada pour les habitations sera maintenant exigée pour les résidences.

La construction en elle-même sera cependant confiée à des entrepreneurs privés. Les terrains seront divisés en 15 lots, permettant ainsi aux plus petits joueurs de l'industrie de participer aux appels d'offre. La Ville espère ainsi favoriser la concurrence et obtenir un meilleur prix.

Description du projet par la Ville de Québec :

La Ville de Québec a dévoilé aujourd’hui le concept de développement de l’écoquartier D’Estimauville. Issu d’une longue planification et basé sur les résultats d’une étude de marché réalisée pour mieux connaître la clientèle, ce nouvel écoquartier pourra voir le jour progressivement dans les prochains mois.

« À la suite du désistement du précédent promoteur, la Ville a choisi de reprendre le projet, mais nous avons pris le temps d’analyser adéquatement les besoins du milieu, a déclaré le maire Labeaume. Il était nécessaire de procéder à l’évaluation de plusieurs paramètres pour déterminer les critères de cet écoquartier en fonction des besoins des futurs résidents. »

Mieux connaître la clientèle et ses besoins

Réalisée à la fin août 2014 par Léger auprès de 1 588 répondants, l’étude de marché a révélé un réel intérêt pour cet écoquartier. Cette étude précise également que des efforts devront être faits pour mieux faire connaître le secteur auprès du public cible.

L’étude fait également ressortir que le profil des personnes intéressées se divise en trois catégories, soit les jeunes professionnels en couple, les jeunes familles et les retraités. Les revenus des deux premiers groupes sont légèrement au-dessus de la moyenne, tandis que ceux des retraités sont qualifiés de modestes. Les logements recherchés vont des condominiums à deux ou trois chambres à des maisons en rangée de trois chambres en passant par des appartements. À cet égard, l’étude mentionne qu’il existe un intérêt équivalent pour l’achat ou la location de logement et que les principaux critères qui pourraient motiver le choix de s’installer dans l’écoquartier sont l’accès à un espace extérieur individuel et la proximité des services.

« Les données que nous avons recueillies grâce à l’étude de marché nous permettent maintenant de présenter un projet novateur qui correspond aux attentes, a précisé Mme Lemieux. Nous sommes en mesure de croire que ce que nous proposons aujourd’hui connaîtra un réel succès et redonnera de la vigueur à ce secteur de la ville. »

Dix innovations durables

Certains critères doivent se retrouver au premier plan dans la conception d’un écoquartier. Pour le projet de l’écoquartier D’Estimauville, la Ville a retenu dix innovations durables :

  • Gestion des eaux pluviales;
  • Jardins communautaires et récupération des eaux de pluie;
  • Collecte centralisée des matières résiduelles, contenant enfoui avec chargement latéral par grue et tri à la source dans chaque logement;
  • Bornes de recharge pour les véhicules électriques;
  • Certification LEED Canada Habitations;
  • Éclairage économe et limitant la pollution lumineuse;
  • Rangements pour vélos, intérieurs et extérieurs;
  • Aménagement de toitures blanches végétalisées ou accessibles;
  • Utilisation de surface perméable pour les stationnements et les allées piétonnes;
  • Utilisation de matériaux recyclés ou réutilisés;

Un concept réalisable

Pour orienter le développement et l’aménagement de cet écoquartier, la Ville mise sur cinq grands critères, soit l’atteinte de la mixité sociale, l’offre d’un cadre de vie agréable et diversifié, le choix de constructions respectueuses de l’environnement, l’utilisation des énergies renouvelables et une meilleure gestion de l’eau ainsi qu’une offre en transports autre que l’automobile. Le concept prévoit une densité maximale de 100 logements par hectare.

Un parc dès la première phase

Prévus jusqu’en 2018, les travaux commenceront dès cette année par la préparation des plans et devis pour la construction et l’aménagement des emprises des nouvelles rues et les travaux électriques.

Mais c’est surtout l’aménagement d’un parc central et d’espaces verts qui retiennent l’attention. Sensible au souhait exprimé par les futurs résidents pour l’écoquartier, la Ville posera un premier geste en réalisant un parc public autour duquel s’érigeront les habitations. L’arrivée des premières familles motivera, en phase deux, l’installation de structures de jeux et de mobilier urbain complétant l’aménagement.

Voir aussi :

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :