Centre d'art Diane-Dufresne

par ACDF* Architecture

Centre d'art Diane-Dufresne

Architectes : Maxime-Alexis Frappier et son équipe d'ACDF* Architecture, Montréal (site Web).
Consultants en scénographie : Scéno Plus, Montréal (site Web).
Ingénieurs civils et en structure : Dubé, Beaudry & Associés, Saint-Charles-Borromée.
Ingénieurs mécanique/électrique : WSP Global, Montréal (site Web).
Entrepreneur général : L'Archevêque et Rivest ltée, Repentigny (site Web).
Client : Ville de Repentigny (site Web).
Adresse : 11, allée de la Création, Repentigny, Lanaudière.
Superficie : 1365 m² (14 690 pi²).
Étage : 1 niveau.
Programme : Centre culturel avec salle d’exposition, salle multifonctionnelle, salle de médiation culturelle et espace d’enseignement.
Matériaux notables : Revêtements d'aluminium et de bois.
Type de projet : Institutionnel culturel.
Coût des travaux : 4,4 millions $ (financé par Patrimoine Canada, la Commission scolaire des Affluents, la Conférence régionale des élus de Lanaudière, les Supermarchés IGA Crevier de Lanaudière et le Club Lions La Seigneurie).
Inauguration : 2015.

Photographe : Adrien Williams, Montréal (site Web).

Après la vague de construction de nouvelles bibliothèques – qui se poursuit toujours –, on dirait qu'une deuxième vague d'édifices culturels est en voie d'être érigée à travers le Québec : celle des centres de diffusion et de création artistique. Le Centre d'art Diane-Dufresne, implanté au cœur de Repentigny et dessiné par ACDF* Architecture, s'inscrit dans cette mouvance en étant autant un lieu de pratique et d'échange qu'un espace d'exposition et de rencontre.

Positionné en retrait de la rue Notre-Dame, le Centre est la pièce maîtresse d'un grand réaménagement du noyau institutionnel de la ville, qui reliera à terme le centre-ville historique à l'Hôtel de Ville par une succession de parcs et d'allées thématiques et la construction d'une nouvelle salle de spectacle.

C'est dans cette optique que les architectes ont choisi de doter le bâtiment d'un vaste préau, conçu à l'image des arcades d'autrefois, et séparé de l'eau par une succession de colonnes recouvertes d'aluminium et dont certaines sont inclinées. Lieu propice aux rencontres et à la réflexion, il s'ajoute à la passerelle traversant le bassin dans la même direction, et invite les passants à déambuler agréablement à travers leurs nouveaux espaces civiques.

En plus de sa grande salle multifonctionnelle qui accueille des artistes de différentes disciplines, le Centre abrite aussi des salles de pratique et d'enregistrement et une salle d'initiation aux arts et à la culture pour des groupes d'écoliers de la région – ce qui explique d'ailleurs pourquoi la Commission scolaire des Affluents a participé au financement.

Description du projet par ses architectes :

Avec ce projet, la municipalité de Repentigny et ACDF ont conçu le centre comme une pièce d’un plan d’ensemble beaucoup plus grand. C’est l’élément de départ afin de transformer ce parc exceptionnel et sous-utilisé en un corridor culturel avec des jardins thématiques, une place civique et un théâtre. Une partie du programme de réaménagement est de créer des connexions entre les rues précédemment disjointes.

L’équipe de conception a placé le bâtiment à la croisée des tous nouveaux sentiers, reliant un boulevard principal avec les voies résidentielles, cela permettra d’attirer les gens vers le site.

La firme a su réinterpréter des principes classiques – une soigneuse colonnade proportionnée dont la réflexion se fait sur les eaux calmes d’un bassin limpide, une matérialité monolithique, et un aspect solide rassurant – avec sa signature, la sophistication contemporaine. Un certain nombre de colonnes sont asymétriques afin d’accueillir des moments de rencontre; leur matériau est d’un acier inoxydable étincelant; et la masse de base est sous-divisée en trois volumes sinueux Aalto-esque [digne d'Alvar Aalto, architecte finlandais reconnu pour son design minimaliste aux formes organiques], dont chacun dissimule la salle polyvalente du centre, la salle de danse et récital ainsi que la galerie principale. Ces espaces combinent fonctionnalité et élégance. Chaque intérieur est volontairement neutre afin de faire ressortir les pièces d’art. Les intérieurs furent conçus afin d’optimiser l’éclairage ainsi que l’acoustique.

Au-delà de la façade contemporaine, la matérialité du bâtiment agit comme un phare – important, car la structure est en retrait des routes à proximité. La rangée de colonnes rayonne au soleil, leur réflexion appelant les passants tout en amplifiant et en dramatisant le paysage environnant, tel que la lumière du soleil,  la végétation, et les couleurs de saison.

La qualité du revêtement rappelle aussi celui du clocher de l’Église de la Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie,  la plus vieille église de la région de Montréal, située à proximité du Centre d’art.

Afin de contraster le caractère lisse du métal, les trois volumes sinueux de l’intérieur sont plaqués en bois d’origine locale, ce qui émane un aspect particulièrement chaleureux sous un plafond de puits de lumière.

Le classique rencontrant le contemporain permet d’établir un sentiment de familiarité au lieu, pendant que l’appropriation des principes architecturaux participe au haut niveau de fonctionnalité.

Par exemple, il permet la libre circulation et un usage public flexible. Les visiteurs peuvent se promener le long du parvis nouvellement aménagé, miroitant la réflexion du bassin limpide (qui a pour fonction la filtration des eaux pluviales). Le public peut déambuler à travers la colonnade extérieure, qui fonctionne aussi comme une galerie en plein air et permet ainsi de profiter de la créativité du site sans entrer à l’intérieur du bâtiment, ou ils peuvent aussi se diriger vers l’intérieur et explorer les galeries de toiles dans la colonnade intérieure.

Fait important, le centre contribue à la communauté, quelle que soit l’heure de la journée. La nuit, il agit comme une lanterne, éclairant le parc environnant et créant une réflexion sereine dans l’étang réflexion qui exprime un sens de la temporalité et qui va susciter un sentiment de sérénité pour les années à venir.

Source : ACDF* Architecture / v2com.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :