Centre technologique des résidus industriels

par Groupe Conseil Trame et BGLA

Centre technologique des résidus industriels (CTRI)

Architectes : Groupe Conseil Trame, Rouyn-Noranda (site Web), et BGLA | Architecture + Design urbain, Québec (site Web).
Ingénieurs : Stavibel, Rouyn-Noranda (site Web).
Entrepreneur : Hardy Construction, Trécesson (site Web).
Client : Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, Rouyn-Noranda (site Web).
Adresse : 433, boul. du Collège, Rouyn-Noranda, Abitibi-Témiscamingue.
Superficie : 2700 m² (29 000 pi²).
Étages : 2 niveaux.
Matériaux notables : Parement en panneaux d'acier gris et de fibrociment, en gabions de pierre et murs-rideaux; structure de bois.
Type de projet : Institutionnel.
Coût des travaux : 14 millions $.
Inauguration : 2015.

Photographe : Christian Perreault, Montréal (site Web).

Le Centre technologique des résidus industriels (CTRI) est un centre collégial de transfert de technologie créé en 2000 et associé au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue. Ses nouvelles installations, conçues par BGLA | Architecture + Design urbain et le Groupe Conseil Trame et inaugurées en décembre dernier, mettent en scène le travail de ses chercheurs dans un vaste laboratoire fenêtré soutenu par une structure majestueuse en bois lamellé-collé.

Le CTRI développe des procédés et des technologies pour valoriser l'utilisation des résidus industriels et des ressources sous-utilisées dans l'industrie minière, l'industrie de la biomasse et le génie de l'environnement. Ces trois secteurs sont représentés dans l'architecture du bâtiment : un parement métallique recouvre l'aile consacrée au génie minier, un revêtement en panneaux de fibrociment habille la section de la biomasse, tandis que des murs en gabions de pierre entourent les volumes hébergeant la recherche en génie de l'environnement.

Pour un centre en recherche appliquée dans une région productrice de bois, il était important que les produits forestiers jouent un rôle central dans l'architecture du bâtiment. Une ossature en poteaux-poutres et poutrelles de bois est utilisée à travers l'édifice, mais une structure à l'apparence plus poétique a été retenue pour le laboratoire de biomasse et l'escalier principal. Le magnifique treillis en bois d'ingénierie lui offre une certaine occultation solaire sans toutefois obstruer le regard, transformant ainsi le laboratoire en vitrine pour la recherche dans le domaine.

Les plans et devis du projet sont disponibles en téléchargement (avec abonnement gratuit) sur le Système électronique d'appel d'offre.

Description du projet par ses architectes :

Ce projet visait la construction d'un nouveau pavillon de recherche sur le site du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue dédié à la valorisation des résidus industriels et des ressources sous-utilisées. Le bâtiment a été conçu pour accueillir des laboratoires de recherche spécialisés dans trois secteurs: l'industrie minière, l'industrie de la biomasse et le génie de l'environnement. Il devait également abriter des bureaux pour le personnel administratif et les chercheurs ainsi que divers espaces communs (salle de conférence, cuisinette et services).  Le projet incluait aussi le réaménagement de certains espaces à l'intérieur du bâtiment principal du Cégep.

Concept

Les dirigeants et utilisateurs du CTRI souhaitaient un bâtiment au design contemporain, intégrant des éléments de développement durable et ayant une identité propre, à laquelle l’institution pourrait s’identifier. Les architectes ont répondu à la demande en livrant un bâtiment avec trois volumes principaux qui, par leur matérialité, évoquent chacun des trois pôles de recherche de l’institution, soit un revêtement métallique pour le secteur minier, un revêtement en panneaux de fibre de béton pour le secteur de la biomasse et un revêtement en gabions de pierres pour le génie de l'environnement. Ces trois zones sont reliées entre elles par un large corridor ouvert sur deux niveaux et délimité à chaque extrémité par un mur-rideau pleine hauteur, orienté vers le Cégep à l'est et vers le boisé à l'ouest, laissant pénétrer la lumière du matin d'un côté et celle du soir de l'autre.

Une grande vitrine technologique aménagée du côté Sud exhibe les installations et les activités qui se déroulent à l'intérieur du laboratoire de biomasse. Elle met également en scène une structure singulière constituée d'éléments obliques formant un maillage en bois lamellé-collé, mettant en valeur l'industrie et le savoir-faire régionaux.

Défis et particularités

Les concepteurs et les utilisateurs ont privilégié l’utilisation du bois pour la construction, mais comme le budget ne permettait pas de faire la structure entière en lamellé-collé, des poutrelles standards ont été utilisées à plusieurs endroits.

La structure a été conçue pour limiter la transmission des vibrations émises par les déplacements du chariot élévateur qui circule dans certaines parties du rez-de-chaussée.

La réalisation du maillage structural en lamellé-collé ainsi que celle des murs en gabions de pierres ont présenté de réels défis tant pour les concepteurs que pour les fabricants. Ainsi, l'architecture du bâtiment témoigne des objectifs et du potentiel de la recherche et de la créativité pour le développement de nouvelles façons d'exploiter et de mettre en valeur les ressources premières que sont le bois et la pierre.

Plusieurs éléments de développement durable ont été intégrés au projet, chacun apportant ses défis particuliers : installation d’un mur solaire, utilisation de puits de géothermie, installation d’un système d‘éclairage DALI, aménagement de bassins de rétention sur le site, maximisation de l’utilisation du bois et conception d’une enveloppe performante.

Sources : Groupe Conseil Trame et BGLA / v2com.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :