4 statistiques sur les lecteurs d'Architecture du Québec

Architecture du Québec fait affaire avec Google, via le service Google Analytics, pour recueillir de l'information d'ordre statistique sur ses visiteurs, information que Google tire de son réseau publicitaire et de ses services offerts gratuitement. Ces informations ne sont pas absolument certaines – elles sont inférées à partir des habitudes de visite des usagers sur ce site comme sur des milliers d'autres –, mais Google estime qu'elle sont fiables dans plus de 98 % des cas, ce qui est un taux bien plus que suffisant pour les besoins de ce site.

Pour avoir une idée d'à quoi ressemble un mois de visites sur Architecture du Québec, j'ai sorti et analysé les données du 21 novembre au 20 décembre (je tenais à exclure le temps des fêtes où les visites sont moins représentatives).

Voici le résultat.

1. Des visiteurs de tous les âges et de plusieurs pays

La courbe d'âge ressemble à celle de l'utilisation de l'internet en général. La seule chose qui surprend vraiment ici est le faible nombre de visiteurs entre 35 et 44 ans. Peut-être est-ce l'effet de la supposée « génération sacrifiée » qui a obtenu son diplôme à la fin des années 1990 : on dit qu'il était alors très difficile d'exercer la profession. Comme une part importante des visites viennent de professionnels du milieu (environ la moitié), ça peut expliquer le creux. Ou pas. C'est vraiment dur à dire.

La majorité des visites viennent évidemment du Canada. Quelques dizaines par mois viennent de France et des États-Unis. Mais on peut voir dans l'image d'au-dessus qu'il y a aussi quelques visites par mois provenant de plusieurs pays francophones ou francophiles, de l'Algérie au Vietnam, en passant par Madagascar et l'Iran. Les visites de Russie et d'Ukraine sont des visites fantôme, où des utilisateurs malveillants font enregistrer une visite par Google Analytics, alors qu'ils n'ont jamais véritablement visité le site. Pourquoi? Aucune idée.

Enfin, on peut voir dans les informations générales que le site a enregistré pas moins de 1200 visites au cours des 31 jours, plus du double du premier mois d'existence d'Architecture du Québec!

Le taux de rebond est le pourcentage de visiteurs qui ont quitté le site après avoir chargé une seule page. En général, c'est le signe d'une visite par erreur. C'est un excellent taux!

2. Plus d'hommes que de femmes, mais pas sur téléphones et tablettes

Ce n'est pas une surprise, la vaste majorité des visites se font sur un ordinateur de table. C'est quand on regarde le détail par appareil que ressortent des tendances intéressantes.

On y voit que même si 55 % des visites sur ordinateur de bureau sont faites par des hommes, le taux s'inverse en ce qui concerne les visites sur tablette et sur téléphone mobile. Évidemment, une proportion de 55/45, ça ne veut pas dire grand chose, mais je trouve ça intéressant de voir que ce sont les femmes qui ont plus adopté les dernières technologies que les hommes.

3. Les lecteurs d'Architecture du Québec aiment vraiment les produits Apple

Quand on regarde plus en détail les appareils utilisés par les visiteurs sur mobile et sur tablette, on peut voir jusqu'à quel point les iPads et iPhones sont populaires. Après tout, c'est normal que des amateurs de design choisissent des produits reconnus pour la qualité de leur design, mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit à ce point-là.

Les produits Samsung suivent avec environ 10 % des visites. Les Google Nexus réussissent aussi à se faire une place.

4. Navigateur : Chrome, Chrome et encore Chrome

La suprématie de Google Chrome est sans conteste chez les visiteurs d'Architecture du Québec. Firefox n'obtient plus que 15 % des utilisateurs, suivi de Safari et Internet Explorer qui, rappelons-le, sont les navigateurs originaux de Mac OS et Windows, respectivement.

Quant à l'origine des visites, c'est assez diversifié. Plus du quart des visites se font directement, c'est-à-dire en entrant l'URL dans la barre d'adresse ou, plus probablement, en ayant mis Architecture du Québec dans ses favoris. Un plus grand nombre encore arrive des médias sociaux, surtout de Facebook, mais un peu aussi de Twitter et Pinterest.

Enfin, une part importante arrive de Google, ce qui est étonnant, puisque contrairement à Bing et Yahoo, une recherche d'Architecture du Québec sur Google ne fait pas apparaître le site dans les résultats (Je ne sais pas pourquoi. Si quelqu'un sait, faites-moi signe. J'aimerais vraiment comprendre.). En fouillant un peu plus, on voit que c'est avec des recherches visant un certain projet (par exemple, une recherche sur la maison de l'ONF ou la jetée Alexandra) qu'Architecture du Québec sort dans les résultats.

PARTAGEZ CET ARTICLE :