Chalet « Blanche »

par ACDF Architecture

Chalet « Blanche »

Architectes : Maxime-Alexis Frappier, Martin Champagne, Joan Renaud, Mathieu Tremblay et Olivia Daigneault, d'ACDF Architecture, Montréal (site Web).
Ingénieurs en structure : NCK, Montréal (site Web).
Entrepreneur général : Demonfort, Montréal (site Web).
Client : DAVNIC (David Lafrance et Nicolas Barette).
Endroit : Terrasses Cap-à-l'Aigle, La Malbaie, région de la Capitale-nationale.
Superficie : 397 m² (4275 pi²).
Étages : 3 niveaux, incluant le sous-sol.
Capacité : 8 adultes et 6 enfants.
Programme : 4 chambres à coucher, 4 salles de bain dont 3 privées, dortoir au sous-sol, salle d'eau, cuisine, salle à manger, salon, salle de télévision, salle de lavage et cuisine d'été.
Matériaux notables : Structure d'acier et revêtement de bois teint en blanc, détails en noir.
Type de projet : Résidentiel unifamilial et hôtelier.
Coût des travaux : Environ 900 000 $.
Ouverture : 2016.

Photographe : Adrien Williams, Montréal (Site Web).

La « Blanche », dessinée par ACDF Architecture, fait partie des derniers chalets érigés aux Terrasses Cap-à-l'Aigle, dans la région de Charlevoix. Elle a ouvert ses portes au printemps 2016.

Ce dernier-né se démarque par son impressionnante avancée en porte-à-faux, qui offre à ses occupants une vue plongeante sur le fleuve et la baie de la rivière Malbaie. Les architectes n'ont par cherché à camoufler la structure impressionnante permettant ce tour de force; au contraire, les lignes diagonales des deux grandes fermes d'acier ont été mises en valeur par une insertion de bois et contribuent à dynamiser l'espace logé en son sein.

Malgré tout, le bâtiment réussit à évoquer l'architecture traditionnelle locale avec sa couleur blanche et son revêtement en planches de bois, à l'instar des maisons villageoises de la région. Il s'agit aussi d'un clin d’œil bienvenu aux résidences recouvertes de chaux du XVIIIe siècle, dont il reste encore de nombreux exemples en aval de Québec.

Ce n'est pas la première fois que nous parlons des Terrasses Cap-à-l'Aigle, cet inspirant développement immobilier qui réunit en un seul site exceptionnel des œuvres architecturales remarquables signées par des architectes québécois reconnus (voir, à ce sujet, les résidences Marée basse et La Grange). Les chalets sont disponibles en location pour de courtes comme de longues durées, tandis que certains terrains sont plutôt mis en vente pour la construction de résidences.

Description du projet par ses architectes :

Le chalet « Blanche », dont le nom évoque les maisons vernaculaires de la région, est situé sur le domaine des Terrasses Cap-à-l’Aigle, à La Malbaie. Son architecture simple et épurée s’intègre tout en douceur et modernité au paysage de Charlevoix.

La matérialité de béton brut du niveau inférieur est un clin d’œil aux fondations de pierre des vieilles granges de bois qui sillonnaient jadis le paysage. Ce socle sert également d’assise à l’entrée principale et il abrite les salles techniques du chalet. Juchés sur ce podium, les deux niveaux supérieurs sont revêtus d’un parement de bois teint en blanc rappelant l’enduit de chaux qui était appliqué sur les maisons ancestrales de la région. Le bois revêt des textures lisses, brutes ou ajourées selon les façades, amenant légèreté et gaité à la maison

Les quatre chambres du chalet « Blanche » ont été localisées à l’étage central afin de maximiser le panorama des pièces de vie qui sont situées au dernier niveau. La cuisine et la salle à manger bénéficient ainsi d’une fenestration abondante à 360 degrés tandis que l’espace de séjour est logé dans un porte à faux vertigineux dont la forme singulière évoque la structure des ponts vernaculaires.

Ce perchoir permet ainsi de profiter des couchers de soleil enchanteurs de Cap-à-l’Aigle et des reflets miroitants de l’estuaire du St-Laurent, et ce, à même le confort de la maison. Cette résidence champêtre est l’expression de l’atmosphère recherchée par son propriétaire. La convivialité et les échanges familiaux, amicaux et, parfois, professionnels, sont favorisés par la composition qui juxtapose d’une manière simple et sensible les lieux de vie communs et les espaces plus privés (chambres).

L’usage abondant de vitrage soutient une perception constante du contexte naturel, dont le lac et la forêt, à l’intérieur de la résidence. L’utilisation de matériaux naturels tels que la pierre, le bois et l’acier dans des formes épurées et originales lie le bâtiment à la nature et invite à la contemplation.

Source : ACDF Architecture / v2com.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :