Agrandissement de l'École Barclay

par NFOE

Agrandissement de l'école Barclay

Architectes : Rafik Sidawy, responsable du projet, Masa Fukushima, concepteur, et Maxime Pion, concepteur; de NFOE et associés architectes, Montréal (site Web).
Architectes originaux (1930) : Gordon & Thompson Architects, Montréal.
Artistes (sculpture) : Mathieu Doyon et Simon Rivest, Québec (site Web).
Ingénieurs civils : Cima+, Laval (site Web).
Ingénieurs en structure : SDK, Montréal (site Web).
Ingénieurs mécaniques/électriques : Pageau Morel, Montréal (site Web).
Entrepreneur : Axim Construction, Saint-Jean-sur-Richelieu (site Web).
Client : Commission scolaire de Montréal, Montréal (site Web).
Adresse : 7941, avenue Wiseman, arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Montréal.
Superficie de l'agrandissement : 2853 m² (30 710 pi²).
Étages : 3 niveaux.
Capacité après agrandissement : 650 élèves.
Programme : 14 salles de classe, une classe de micro-informatique et de robotique, un secteur administratif, un espace polyvalent, un local pour le service de garde et un gymnase accessible en dehors des heures de cours.
Distinction : Lauréat d'un Grand Prix du design dans la catégorie « Prix établissement d’enseignement ».
Matériaux notables : Brique (parement) et couleur verte (escalier d'issue).
Type de projet : Rénovation, institutionnel scolaire.
Coût des travaux : 7,1 millions $.
Fin des travaux : 2014.

Photographes : Charles Lanteigne, Montréal (site Web), et Maxime Pion, de NFOE et associés architectes, Montréal.

Les élèves du quartier Parc-Extension de Montréal profitent depuis 2014 d'un magnifique agrandissement à leur école primaire. Dessinée par l'équipe de NFOE et associés, la nouvelle aile de l'École Barclay inclut 14 salles de classe, un local de micro-informatique et robotique, un local de service de garde et un nouveau gymnase, sans compter de nouveaux espaces administratifs et un grand hall polyvalent.

L'agrandissement se démarque par son intégration réussie à l'édifice existant. L'école Barclay, construite en 1930 selon les plans des architectes montréalais Gordon & Thompson, s'inscrit dans une vague de construction d'écoles réalisées par la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) dans les années 1920 et 1930. Le style Beaux-Arts, prédominant à l'époque dans l'architecture scolaire québécoise, se retrouve dans le travail des façades et l'organisation intérieure de l'immeuble.

Le design conçu par NFOE s'inspire du rythme des ouvertures et du jeu des briques du bâtiment existant pour intégrer harmonieusement la nouvelle section à l'ancienne sans tomber dans le mimétisme. On y retrouve aussi par endroit ces petites touches ludiques qui semblent de plus en plus caractériser le travail des architectes québécois : certaines ouvertures par-ci par-là sont rehaussées d'un cadre blanc, l'escalier d'issue et quelques parois sont peints d'une couleur vive, tandis que la façade de brique du gymnase est parée d'un motif en losanges qui évoque joyeusement celui de l'extrémité des ailes originales.

Fait rare, l'œuvre d'art public – réalisée par le duo Doyon-Rivest – est ici véritablement intégrée à l'architecture. Juchée au sommet d'un élément d'acier qui sera éventuellement recouvert de verdure, la jeune funambule semble saluer les élèves à leur arrivée et les inviter au jeu et au plaisir. Une touche de fantaisie qui fait contraste avec l'architecture austère de l'école de 1930.

Les enseignements tirés de ce projet serviront pour les 26 autres projets d'agrandissement ou de construction prévus par la Commission scolaire de Montréal pour les prochaines années, dont certains projets sensibles comme la reconstruction des écoles Baril et Saint-Gérard.

Description du projet par ses architectes :

Durant la première moitié du XXe siècle, la rapide expansion de la ville de Montréal a été accompagnée de la construction de nombreuses écoles de quartier, souvent l’œuvre d’architectes de renom. Or, il y a une dizaine d’années, face aux besoins grandissants de ces écoles vieillissantes, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) mettait sur pied un important programme visant à les revitaliser. L’École Barclay, construite par les architectes Gordon and Thompson en 1930, devait faire l’objet de la première intervention.

Pour NFOE, architectes chargés du projet, il était essentiel de concevoir un bâtiment à la fois contemporain et respectueux de l’édifice historique. Il était également important de trouver une solution qui permettrait aux gens du quartier de continuer à accéder au terrain situé au nord de l’école existante, terrain qu’ils avaient pris l’habitude de considérer comme « leur parc ».

En jouant la carte du design, les architectes ont voulu susciter un sentiment d’appartenance chez les familles du quartier, souvent d’origine immigrante. L’École Barclay devait se mériter, en 2014, l’un des prix les plus prestigieux décernés à Montréal, celui du Grand Prix du design.

Programme

L’École Barclay, destinée aux enfants de la maternelle et du primaire, est située dans le quartier Parc-Extension dont la population d’âge scolaire ne cesse d’augmenter. L’école manquait d’espace pour des salles de classe supplémentaires, mais elle avait également un urgent besoin de nouvelles installations sportives.

Le programme prévoyait donc l’ajout de 14 salles de classe, d’une classe de micro-informatique et de robotique, d’un secteur administratif, d’un espace polyvalent, d’un local pour le service de garde et d’un gymnase, accessible aux jeunes du quartier en dehors des heures de cours.

Solution architecturale

La nouvelle aile de 2853 m² a été implantée dans l’axe longitudinal du bâtiment existant. Cette décision, dictée par la configuration du site, correspondait également à la façon la plus directe de passer de l’ancienne école à la nouvelle partie. Un atrium, ouvert sur trois étages et totalement vitré, assure la transition entre les deux bâtiments. Une façade ancienne forme l’un des murs de l’atrium et crée une ambiance chaleureuse, particulièrement dans l’espace polyvalent situé au rez-de-chaussée.

Les façades extérieures de la nouvelle aile ont été construites de briques dont les couleurs évoquent celles du bâtiment historique; le motif de croisillons a été repris par les architectes pour les murs extérieurs du gymnase. La façade nord de l’agrandissement se déploie, tel « un clin d’œil au papillon déployant ses ailes avant de s’envoler », pour reprendre les mots du concepteur. Les fenêtres, positionnées de manière aléatoire, offrent aux enfants des points de vue inhabituels sur l’extérieur.

Le volume du gymnase, de deux étages plutôt que trois, se détache de la nouvelle aile, permettant de varier le rythme de la façade ouest et de protéger l’entrée du service de garderie. Chevauchant le toit du gymnase, un fin treillis métallique, appelé à devenir un écran « vert », s’inscrit dans un cadre d’acier dont les éléments prolongent les lignes du bâtiment ancien. Cet écran agit également comme brise-soleil visant à limiter les gains thermiques et à définir les zones d’accès au toit du gymnase. Une jeune funambule de bronze regarde le tout du haut de son fil et veille sur la cour de l’école.

Intérieurs

La communication entre la nouvelle aile et l’ancien bâtiment se fait aisément, les concepteurs s’étant assurés que les planchers soient exactement au même niveau. L’atmosphère est toute autre, cependant, dès que l’on pénètre dans les nouveaux espaces, égayés par une lumière qui entre à flots et par de joyeuses taches de couleur qui attirent l’œil. Les espaces de circulation sont aérés et ouverts les uns aux autres, suscitant sans cesse l’étonnement des enfants.

Un vert acidulé recouvre l’un des murs du gymnase et signale la présence de petits casiers muraux le long des corridors. Il réapparaît plus loin, transformant un escalier de secours en un objet ludique, « qui aurait tout aussi bien pu être un toboggan », selon le designer. Aux deux derniers étages, un volume orange surgit, identifiant l’accès du corridor au toit du gymnase.

Mesures environnementales

Le projet prévoyait l’implantation d’un certain nombre de mesures environnementales et une réduction de la consommation d’énergie de 25 % par rapport au Code national de l'énergie pour les bâtiments (CNÉB). L’enveloppe a donc été conçue afin d’améliorer la performance thermique du nouveau bâtiment et un système de récupération de chaleur par roue thermique a été implanté. La nouvelle aile de l’École Barclay est dotée de toitures blanches ainsi que d’un écran végétal.

Source : NFOE et associés architectes / v2com.

 
PARTAGEZ CET ARTICLE :